À l’aide du reverse engineering, Ford aménage la Michigan Central Station

Utilisateur historique de la technologie, Ford emploie la fabrication additive depuis de nombreuses années. Si d’habitude l’impression 3D permet au constructeur automobile de concevoir des pièces destinées aux voitures, l’entreprise américaine a ce coup-ci eu recours aux technologies 3D pour rénover la Michigan Central Station. Située au sud-ouest de Détroit, la gare a cessé d’accueillir des voyageurs et des trains en 1988. C’est pourquoi, depuis 2018, Ford a décidé de rénover les lieux afin d’en faire un campus dédié à l’innovation capable d’accueillir 5 000 employés. Grâce aux technologies 3D, le constructeur automobile souhaite reproduire les éléments architecturaux endommagés ornant les fenêtres et plafonds de l’ancienne gare.

En optant pour les technologies 3D, Ford a maximisé ses chances de reproduire le plus fidèlement possible les différents éléments de la Michigan Central Station. Harold Sears, responsable technique des technologies de fabrication additive chez Ford, confie : « Ford aurait pu décider de se contenter de moderniser la Michigan Central Station. Mais ils font de gros efforts pour s’assurer que cette chose reflète vraiment l’aspect et le sentiment de ce bâtiment à l’intérieur et à l’extérieur. » Pour ce faire, l’entreprise américaine s’est tournée vers le reverse engineering, ou rétro-ingénierie. Une technique que l’on retrouve régulièrement dans l’industrie automobile, notamment pour concevoir des pièces de vieilles voitures dont les plans sont indisponibles. Par exemple, cette méthode avait été employée pour restaurer une Harley Davidson datant de 1919.

Le reverse engineering au coeur du projet

En alliant numérisation et impression 3D, les équipes en charge du projet sont parvenus à concevoir près de 550 répliques de rosaces et filigranes. Et grâce aux possibilités offertes par la modélisation, les professionnels ont pu réaliser de légères modifications afin d’offrir de nouvelles caractéristiques aux pièces. Par exemple, ils ont ajouté des suspensions aux décorations pour pouvoir les accrocher à certains endroits. De plus, de par les bénéfices de l’impression 3D, Ford explique que les répliques imprimées en 3D sont beaucoup plus légères que les originales. Enfin, la société confie avoir utilisé des thermoplastiques, sans préciser lesquels, pour les fabriquer.

Si les travaux sont toujours d’actualité, la Michigan Central Station devrait pouvoir accueillir les équipes de Ford début 2023. Bob Bedard, superviseur des plastiques de fabrication additive chez Ford, conclut : « Une partie de notre motivation en tant qu’entreprise est d’introduire les nouvelles technologies dans les applications de production lorsqu’elles sont prêtes, et de toujours innover pour trouver une meilleure façon, plus durable et plus sûre, de faire aboutir les choses. C’est une belle chose que nous puissions faire cela pour ce point de repère inestimable.«